« Retour aux articles

Articles du 17 août 2010

Patrick Crettenand PHYréa, Sion ©

Introduction

Depuis plus de vingt ans, les praticiens en médecine du sport et rhumatologie utilisent des bandes adhésives élastiques ou rigides (tape) dans un but curatif ou préventif. A l'occasion des JO de Seoul (1988) déjà, on vit apparaître de bien curieux bandages de différentes couleurs, au montage plus ou moins esthétique : le KinesioTaping ®. Contrairement aux apparences, il ne s'agit pas seulement d'un phénomène de mode mais d'un concept de prévention et de traitement révolutionnaire, mis au point au Japon par Kenzo Kase, Docteur en chiropratique.
Ce n'est qu'en 1995 que le produit inonde le marché du sport aux Etats Unis, où l'on estime à 33%, respectivement 50%, la proportion d'équipes de soccer et de football américain utilisant régulièrement le KinesioTaping® (KT). Bien que le KT ait assis sa popularité dans le monde du sport, le 85% des utilisateurs de KT ne sont pas des athlètes. En 2007 déjà, on dénombrait 51'000 praticiens utilisant la technique au US, et 150'000 sur l'ensemble de la planète. Au US, le KT a été introduit dans le cursus de base de formation des chiropraticiens. Le KT est actuellement leader sur le marché de la bande thérapeutique élastique et son utilisation s'est largement répandue sur les terrains de jeu du monde entier.


"I had THE tape !
It was a special hot-pink athletic tape that came from Japan and seemed to have special powers"

L. Armstrong, 2000

Matériel et méthode

Une composition extrêmement fine de qualité médicale et un degré d'adhésion optimale, grâce à un colle thermosensible dépourvue de latex, confèrent au KT une extrême efficacité, tout en préservant des désagréments liés aux allergies ou réactions cutanées lors d'une pose prolongée.

Le KT autorise la pratique du sport et l'utilisation des douches, bains ou hammam, sans perte d'adhérence ou d'efficience. Le KT a une épaisseur et un poids absolument identiques à la peau, ce qui lui confère un confort inégalé.
La disposition des fibres en « vaguelettes » confère à la bande une perméabilité à l'eau, favorisant l'évacuation de la transpiration au travers d'ouvertures sinusoïdales. Un montage en KT tient entre 3 et 5 jours, sans perte d'efficacité ou risque d'intolérance à la peau. Cette qualité lui confère un avantage économique non négligeable.

Au départ, seule la couleur beige avait été imaginée. Kenzo Kase, bercé de chromothérapie, introduisit du bleu (inhibant et anti-inflammatoire), du rouge (stimulant) et du noir (accumulation de chaleur et relâchement tissulaire).

Contrairement à l'objectif poursuivi jusqu'ici qui consistait à immobiliser une articulation ou de restreindre un mouvement, le KT a pour but de favoriser et conserver le plus possible une mobilité indolore, d'améliorer la proprioception et de favoriser la circulation sanguine et lymphatique. Les résultats les plus probants et les plus impressionnants portent sur la résorption des hématomes post-chirurgicaux.

Cette nouvelle approche technique a fait l'objet de divers travaux dans des domaines aussi divers que la médecine du sport, la rééducation orthopédique, neurologique ou pédiatrique, ayant montré des résultats significatifs sur la mobilité et la diminution de la douleur. Ce matériel colle parfaitement à cette mouvance autour de produits (vêtements Skin, chaussettes Booster...) utilisant le vecteur « peau » pour induire un effet en profondeur. La peau, qui en terme de surface est le plus grand organe du corps humain, est non seulement richement dotée de récepteurs (sensibles à la douleur, à l'état de tension..), mais également intimement liée aux tissus sous-jacents (fascias et muscles).

Action sur les vaisseaux

Alors qu'un tape classique comprime la peau, entravant d'autant la circulation vasculaire et lymphatique sous-jacente, le KT exerce une décompression tissulaire par traction de peau, autorisant une ouverture des canaux sous-cutanés. Ceci se traduit par un meilleur drainage des processus inflammatoires d'une pathologie traitée sous la bande mise en place.

Action sur les muscles

Une traction de peau savamment guidée par une technique de pose correcte permet de stimuler ou de relâcher un muscle, dans le but d'en augmenter la force.

Action sur les articulations

Tout comme les tape classiques, le KT peut être appliqué pour stabiliser une articulation dans un range de mouvement physiologique, ou encore pour améliorer la vigilance articulaire dans une optique de prévention d'entorse par exemple. Dans ce contexte, la tension exercée à la bande sera plus importante.

Conclusion

En résumé, le KT fonctionne comme un véritable lift activateur des mouvements de fluides sous-cutanés (donc du système vasculaire), comme restaurateur de l'équilibre tissulaire, comme inhibiteur de la douleur, comme régulateur de la force musculaire, et comme outil de prévention et de traitement dans un nombre illimité de cas cliniques. D'un point de vue purement pratique, le KT est simple d'utilisation, résistant dans le temps (humidité), et s'impose par son action thérapeutique comme un prolongement de la main du praticien entre deux visites. Son caractère économique autorise une consommation régulière, quel que soit le niveau de performance du sportif ou sujet concerné. De nombreux témoignages d'entraîneurs professionnels renforcent la popularité du KT, en tant que produit autorisant de rester sur le terrain avec davantage d'efficacité. Les utilisateurs de KT à travers le monde choisissent le KT pour sa faculté de soigner sans interférer avec les activités de la vie quotidienne. KT jouit d'un partenariat privilégié avec des fédérations sportives du monde entier. Médecins et physiothérapeutes, dans presque toutes les disciplines, sont amenés à utiliser le KT pour traiter leurs patients.

Renseignements, vente et formation aux techniques de pose :

PHYréa - Physiothérapie du Sport - Agréé Kinesio Taping original® - Rue des Vergers 2 - CH-1950 Sion

PHYréa, août 2010 ©
Patrick Crettenand

Dopage et course à pied
Phyréa Crettenand Patrick
Physiothérapie et réadaptation
Rue des Vergers 2
1950 Sion

 

« Retour aux articles